jeudi 9 janvier 2014

L’agriculture familiale se pratique-t-elle en ville ?


CIPRE
Dons du CIPRE aux petits producteurs  à Edéa-Cameroun

Dans le cadre de la mise en œuvre de ses actions de développement économique durable, le centre Internationale de promotion de la récupération (CIPRE), a envisagé la promotion des techniques de gestion communautaire et durable des ordures ménagères auprès des populations pour le développement intégré de l’agriculture urbaine. Cette action vise les petits producteurs exploitant des bas-fonds ou l’espace situé autour de leur habitation. Cette petite agriculture contribue de manière non négligeable à la sécurité alimentaire des populations qui y dépendent.

Pourquoi promouvoir l’agriculture familiale en milieu urbain et péri-urbain



L’agriculture familiale est caractérisée par l’exploitation d’une petite superficie par l’utilisation de la main d’œuvre familiale et outils rudimentaires pour la subsidence des populations. Depuis longtemps, les politiques de développement agricoles ont plus orientés leurs stratégies en faveur des petits producteurs vivant dans les zones rurales. Au Cameroun par exemple, le Programme national de Vulgarisation et de recherche agricole (PNVRA), couvre l’ensemble des zones rurales du pays. Les petits producteurs bénéficient de l’accompagnement et conseil des agents de vulgarisation de zone depuis plus de 26 ans. 

Or la chute des produits de rente (cacao, café, hévéa) couplé à arrêt des subventions de l’Etat en faveur du monde rural, a favorisé l’exode rurale avec pour corolaire une démographie poussé dans les centres urbains. Une fois en ville, les jeunes ne trouvant pas une insertion dans les grandes industries, n’ont autres solutions que de mettre en valeur ce qui savent faire le mieux à savoir ce métier noble qu’est l’agriculture.

Cependant cette petite agriculture pratiquée en ville, ne bénéficie pas vraiment de l’appui des services de vulgarisation et conseil agricole parce que leur stratégie est plus orientée en milieu rural. Compte tenu de la contribution de la petite agriculture urbaine à la production agricole et la sécurité alimentaire, il est important de soutenir ces petits producteurs urbains et périurbains.

Accompagner les petits producteurs urbains pour améliorer leur situation


Le renforcement des capacités des petits producteurs urbains au Cameroun est assuré par les organisations non gouvernementales et les associations de développement. Les ingénieurs agronomes et techniciens d’agriculture, accompagnent au quotidien ces producteurs. Des sessions de formations sont organisées portant sur diverses thématiques telles que l’élevage porcin et de la volaille, les techniques de valorisation des bas-fonds et cultures maraichères ainsi que la production du compost à partir des résidus organiques issus des ménages. 
Dans la ville d’Edéa, plus huit groupes de producteurs urbains  intervenant dans le domaine agricole ont bénéficié d’un appui technique en matière de compostage des constituants organiques des ordures ménagères, dans la perspective d’assurer une diffusion de l’expertise acquise auprès des populations, à travers le développement des systèmes de pré-collecte des ordures ménagères et l’aménagement des sites de compostage dans différents quartiers de la ville.    

  Perspectives

Malgré le dualisme qui existe entre les la disponibilité des terres pour l’habitat et celle pour l’agriculture, la plus part des villes africaines sont surprises du développement rapide des activités agricoles. C’est pour quoi, malgré l’absence d’une politique adéquate d’encadrement des agriculteurs urbains, il est important que chaque municipalité intègre dans son plan de développement urbain une place à l’agriculture. Il est même urgent de repenser la configuration de nos villes dans un contexte marqué par  les effets du changement climatique dont les conséquences sur la baisse de la production en milieu rurale ne sont plus à démontrer. 

En cette année 2014, nous, chercheurs, agronomes, acteurs de développement, décideurs politiques, devons orientés nos actions sur la place et le rôle de l’agriculture familiale sur la sécurité alimentaire de nos villes et sur l’amélioration de vie des populations urbaines. Ensemble soutenons la petite agriculture qui se pratique partout (zone rurale que zone urbaine) et qui contribue pour plus de 70% à la production alimentaire. En modernisant cette petite agriculture, il n y aura sans doute une amélioration de la sécurité alimentaire qui touche encore plus de 240 millions de personnes en Afrique subsaharienne.


Photo Crédit NGOUAMBE Nestor